Des débats à la Banque Alimentaire

Des débats à la Banque Alimentaire
20/03/2017

Article du Dauphiné Libéré

Vendredi, il y avait beaucoup d’animation dans l’entrepôt de la Banque Alimentaire de l’Isère (BAI) à Sassenage, à l’occasion de rencontres avec ses associations partenaires.
Ce partenariat associatif, riche de structures aussi différentes que les centres communaux d’action sociale (CCAS), les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), les Croix Rouge, les épiceries sociales ou les associations culturelles est une particularité de cette association caritative, spécialisée dans l’aide alimentaire.
Pour l’occasion, plus d’une centaine de personnes sont venues débattre sur quatre thématiques préalablement sélectionnées par les organisateurs. Grâce à cette participation active, les membres du bureau ont ainsi pu entendre les différents points de vue et les questionnements des partenaires de la BAI.
Premier thème proposé : un atelier sur les épiceries sociales et solidaires, des structures qui ont connu un fort développement ces dernières années, fréquemment encouragées par les collectivités locales. Près d’une dizaine de ces épiceries sont actuellement aidées par la BAI, notamment “L’Escale” de Vizille, “Dounia” à Échirolles et “Amandine” à Voiron, qui ont témoigné.
Pour le deuxième thème consacré à la ramasse de proximité dans les grandes surfaces alimentaires, différents partenaires ont pu mettre en avant leurs différentes expériences et surtout leur souci constant face à une demande croissante des bénéficiaires (+ 17 % en 2016). La mise en place récente de la loi Garot, imposant aux magasins de plus de 400 m2 de donner leur surplus alimentaire aux associations, pourrait changer la donne si une logistique appropriée est mise en place.
Le troisième atelier était consacré à la cuisine “Trois étoiles solidaires”, sur le thème bilan et perspectives. Un an et demi après le démarrage de la cuisine de la BAI, dans les locaux du collège Marc-Sangnier à Seyssins, tous les représentants d’associations se sont félicités des excellents produits mis à disposition des associations par la Banque Alimentaire de l’Isère. Depuis l’ouverture de la cuisine, plus de 26 tonnes de viande ont ainsi pu être sauvées de la destruction permettant de cuisiner plus de 150 000 portions, un vrai plus pour les partenaires. Emmanuel Binder, chef cuisinier de “Trois étoiles solidaires” a ainsi pu témoigner et présenter les perspectives de cette structure qui devrait étendre ses horaires de fabrication face à une demande, là aussi, de plus en plus croissante.
La quatrième thématique abordait le problème de l’équilibre alimentaire (lire ci-dessous).
À l’issue de ces débats riches et constructifs, chacun s’est réjoui de cette journée. Trois ans après la précédente rencontre avec ses associations partenaires, Christian Chédru, le président de la BAI, s’est félicité des échanges et de la large participation de ses partenaires.

L’équilibre alimentaire préoccupe

De quels moyens dispose la Banque Alimentaire de l’Isère (BAI) pour améliorer l’adéquation entre les produits distribués et l’idéal d’équilibre alimentaire ? La question était posée telle quelle.
L’aide alimentaire, premier moyen de s’approvisionner pour les bénéficiaires des associations partenaires de la BAI, est porteuse de problématiques de natures très différentes sur lesquelles il n’est pas toujours facile d’agir. Les enjeux de santé publique en matière de nutritionnel et de sécurité sanitaire, et le travail sur l’équilibre alimentaire avec les usagers ont été les principaux thèmes abordés au sein de cet atelier de réflexion et d’étude. L’association “Pain d’épices” d’Eybens, “Le Fournil” mais aussi “Accueil du Vieux Temple” à Grenoble ont témoigné et amené des expériences et des idées à mettre en place pour que l’équilibre alimentaire, à travers la distribution qu’effectue la BAI tout au long de l’année, soit au coeur des enjeux pour une alimentation saine et équilibrée. Une idée qui devrait être reprise et développée en 2017.